home infos philosophie presse photo links

WoZ (Wochenzeitung), Zürich / September 2014

Teil 1: Wie bilingue ist Biel/Bienne? (04.09.2014)
Teil 2: Die Bar als Erinnerungsraum? (11.09.2014)
Teil 3: Ist Biel eine tolerante Stadt? (18.09.2014)
Teil 4: Trifft sich hier Old Fashion mit der Avantgarde (25.09.2014)


Le Temps / 27.03.2004 Les bistrots de Bienne, laboratoire d'un bilinguisme sans complexes (Pierre-Emmanuel Buss)

"Bienne est bilingue, ses bistrots aussi. Entre modernisme et enseignes centenaires, la ville recèle des trésors de convivialité. Autrefois aspirés par Neuchâtel, les jeunes de La Neuveville l'ont bien compris: désormais, c'est Bienne qu'ils préfèrent. Visite guidée. L'Atomic Café: Dans une salle minuscule, une clientèle cosmopolite se presse pour profiter d'un large choix de journaux sur fond de jazz et de chanson française. Le tout sous le regard bienveillant du patron, René Triponez dit «Guitol», icône de la scène musicale locale."

www.seelandjura.ch (Tourismusportal) / Mai/Juni 2001

"L'Atomic Café, un classique parmi les rendez-vous biennois.

Grand choix de journaux; Ouvrez la porte et saisissez un journal sur le présentoir, vous avez l’embarras du choix. Pas de presse à sensation, mais toute la presse régionale d’importance et des journaux étrangers tels que Libération, le Canard Enchaîné, le Herald Tribune ou la Süddeutsche Zeitung.De la musique avant toute chose; La première musique que vous entendrez ici est celle des langues ! Le français et l’allemand se mélangent et s’arrangent car le personnel et les clients pratiquent allègrement un bilinguisme sans complexes. Les consommations reflètent elles aussi les diverses cultures en présence: café pour les uns, «fond de culotte» pour les autres, bière de la région ou whiskey irlandais. En fond sonore alternent divers styles musicaux, de préférence de la chanson française ou du jazz. Ici, pas de tubes: René, dit «Guitol», (le patron, qui est aussi musicien à ses heures) est farouchement contre la musique de supermarché ! Un grand nombre de clients, musiciens également, lui en sont reconnaissants.À partir de 17 heures, on commence à jouer des coudes et l’air s’épaissit. Car à «l’Atomic», il n’y a pas que des voyageurs en partance: c’est à Bienne le lieu de rencontre spontanée par excellence ! Café branché; Qui veut «tchacher» sur le Net ou voyager par le vaste monde sans décoller de son siège trouve aussi à «l’Atomic» un poste Internet. Au coin du bar, à proximité de la vitrine, le chatteur ou la surfeuse navigue sans perdre une miette du spectacle de la rue. Plus d’un en a déjà raté son train…

Der Hektik des Bahnhofs enfliehen und ins enge Atomic Café abtauchen. Nirgends wartet sich's angenehmer auf den nächsten Zug als in dieser gemütlichen Café-Bar:

Ein grosses Zeitungsangebot; Türe auf und als erstes eine Zeitung aus dem Ständer picken. Das Angebot ist gross. Den «Blick» sucht man vergebens, dafür sind alle regional relevanten Titel vorhanden. «Süddeutsche», «Canard Enchaîné» und «Herald Tribune» fehlen genau so wenig. Kaffee, Bier und Musiker; Serviert wird feinster Kaffee, Egger-Bier aus der Region und aus Irland «Bushmills Malt Whiskey». Im Hintergrund läuft Musik verschiedenster Stile, meist jazziges ab Satelliten-Radio. Mainstream sagt «Guitol», Wirt und Sänger von «Yellow Snow» ebenso wenig zu wie die aktuelle Hitparade. Seine Abneigung gegen alle Plastik-Musik teilen viele andere Musiker und verweilen deshalb gerne hier. Ab fünf Uhr abends wird es eng und die Luft bisweilen etwas dick. Das Atomic ist nicht nur für Pendler der Ort, sich ohne vorher abzumachen, zu treffen. In die weite Welt hinaus; Wer nicht auf den Zug wartet und trotzdem in die weite Welt reisen will, setzt sich an die Internet-Station zum Surfen. Er dürfte sein Ziel schneller erreichen als mit der Bahn, denn nicht wenige verpassen im Atomic ganz gerne mal den nächsten Zug . . . "

Berner Zeitung / 11.03.2000 "Unser Startschuss fällt im Atomic, nicht nur, weil es in seiner speziellen Art zum Apéro einlädt, sondern auch, weils nur ein paar Schritte vom Bahnhof entfernt ist. Kürzlich renoviert, präsentiert sich die Café-Bar in stilvollem Art déco mit verchromten oder schwarz-glänzenden Oberflächen. René Triponez - bekannt als Rockmusiker Guitol - führt die Bar mit Stil und Schalk. Französischer Schubi-Sound bringt welschen Charme, und das grosse Angebot an in- und ausländischen Zeitungen und Magazinen bringt eine Prise mondäne Welt in die kleine Stube. Wer richtig ins internationale Netz einsteigen will, dem steht in einer Ecke eine Internetstation zur Verfügung. Das Atomic gibt sich klein, aber fein, gut für einen Morgenkaffee, einen Weisswein zum Apéro oder einen Drink am fortgeschrittenen Abend."

Le Matin / 4 Janvier 1998 "C'est un bar tout petit et souvent bondé. Aux heures de pointe, trouver une place assise à l'Atomic tient de la prouesse. Mais son exiguïté fait son attrait. Surtout si vous êtes seul, à la recherche d'un brin de causette. Vous le savez bien: si vous entrez dans un restaurant inconnu, vous prenez place à une table libre, sans gêner personne, et la convivialité restera lettre morte... Pas de ça à l'Atomic: les clients habitués ou occasionnels se retrouvent souvent collés les uns aux autres. Du coup, les discussions s'engagent sans égard pour l'intimité. Cette ambiance bruyante s'articule autour du gérant, invariablement vêtu de noir: René Triponez. Connu comme le loup blanc sous le nom de Guitol. Après une brève expérience dans un bar baptisé Sputnik, Guitol a trouvé la bonne recette à l'Atomic. D'abord, ce local bénéfice d'un emplacement privilégié sur la place de la Gare, face à la poste. Sa grande vitre se mue en écran de cinéma, lorsqu'une foule hétéroclite se presse sur le trottoir d'en face, au gré des mouvements de trains. Et, grâce à sa presse internationale, ce bar assume sa vocation 'universelle'. Ouvert tôt le matin et fermé tard le soir, l'Atomic offre sur ses murs un peu d'histoire biennoise: le grand piano à queue peint par un artiste local est cadré par des éléments provenant d'un véritable instrument de l'ancienne fabrique Burger et Jacobi. Quant aux deux crânes intégrés dans des lampes, ils sont attribués aux derniers moutons dépécés aux anciens abattoirs... La bière pression provient d'une petite brasserie familiale bernoise, au mépris de la mondialisation. (...)" (Vincent Donzé)

Atomic Café

Place de la Gare/Bahnhofplatz 5
Postfach/Case postale
CH-2501 Bie/Bienne
Tel. 032 323 73 30
mail@atomiccafe.ch

Heures d'ouverture/Öffnungszeiten

Lu/Mo-Do/Je 7 h - 21 h
Ve/Fr 7 h - open end (0h30 minimum)
Sam fermé/geschlossen
Dim/So 9h30 - 19h30

Web construction (c) 2001 cassius.ch gmbh
All photos (c) Sabine Buri